88 digital
Nos services :

Référencement Naturel (SEO)

Référencement Payant (SEA)

Display & Programatique

Optimisation Conversion & UX

Social Media Optimisation

Contactez nous :
Agence de conseil en stratégie digitale et réalisation web

01 80 20 85 06

info@88digital.com

88 Digital, Le Village by CA, 55 Rue la Boétie, 75008 Paris

Top

Comment fonctionne Google Shopping ?

88 Digital / Référencement payant (SEA) / Comment fonctionne Google Shopping ?

Google Shopping est une plateforme dédiée aux sites e-commerce. Un outil de plus pour booster leurs ventes et leur visibilité on line. Pour l’internaute, elle offre un comparateur de prix qui classe les produits vendus.

Google Shopping a été lancé en 2007 et Google Shopping France, en 2010. En 2012, le fonctionnement même du système a été revu, passant d’un service gratuit – financé par Adwords – à un outil payant, basé sur la génération de clics sur les liens publicitaires. Aussi, les produits en vente s’affichent en fonction de la requête de l’internaute bien sûr mais aussi selon le montant de l’enchère payée par les e-commerçants qui adhèrent à ce service.

Google Shopping : un comparateur de prix

Google Shopping est à la fois un espace de vente et un comparateur de prix. Il permet d’intégrer toutes les caractéristiques des produits que vous mettez en vente, sur une fiche produit. S’il est possible d’optimiser la rédaction de cette fiche pour offrir une meilleure expérience aux utilisateurs, les résultats n’apparaissent pas selon les critères classiques du SEO. Les produits en tête de liste sont ceux des vendeurs qui proposent les meilleures enchères par clic sur certains mots clés.

Google Shopping est actuellement disponible dans 12 pays, avec une version Google Shopping France. Il est réservé aux professionnels du e-commerce. Aujourd’hui, il devance tous les autres services et comparateurs similaires. Avec un statut de quasi monopole, il fixe les règles. Pour rappel, 9 requêtes sur 10 sont effectuées sur ce moteur de recherche. Désormais, Google Shopping est aussi une étape obligatoire pour le référencement des sites e-commerce. Ses résultats sont mis en valeur au dessus de la ligne de flottaison. Une opportunité unique d’apparaître en tête de page.

Le coût par clic

À l’instar de la régie publicitaire Adwords, le système fonctionne via des enchères de coût par clic. Sur un mot clé, le vendeur définit le montant qu’il est prêt payer pour que l’internaute clique sur son annonce. Plus ce montant est élevé, plus il apparaît en tête des résultats. Attention, Google se réserve aussi le droit de classer les annonces selon d’autres critères, comme la qualité de l’illustration, les avis laissés par les clients, etc. Le vendeur ne paie que lorsqu’un internaute clique effectivement sur son site.

Le cout par clic de Google Shopping est d’une très haute valeur. Il n’y a que peu de redirections par curiosité. Les liens les plus attractifs pour les prospects, les annonces les mieux rédigées et présentées offrent un excellent retour sur investissement pour les vendeurs. C’est tout un cercle vertueux qui se met en place : le commerçant augmente la visibilité de ses produits, le trafic vers son site et le nombre de ventes, en limitant le cout au clic.

Google Merchant Center : la plateforme des professionnels

Intéressons-nous à présent à l’interface qui permet aux vendeurs d’intégrer leurs produits au comparateur : Google Merchant Center. C’est depuis cet outil que vous alimentez le moteur de recherche de vos fiches produit. Voyons comment il fonctionne.

Connectez-vous à votre compte Google et cliquez sur www.google.fr/merchants. Si vous ne possédez pas encore un profil, c’est le moment de vous inscrire. Vous pourrez alors bénéficier de toute une série de services complémentaires, comme le Search Console, pour contrôler les statistiques de votre site Web. Depuis le menu Paramètres, indiquez l’adresse de votre site e-commerce, vos coordonnées, ainsi que le moyen de vous contacter. Renseignez aussi divers champs liés aux taxes et frais de port.

Il ne vous reste qu’à intégrer tous les articles que vous souhaitez valoriser sur la plate-forme. Pour créer ce flux de produits, vous devez respecter un formatage particulier, imposé par Google Merchant Center. De nombreux attributs sont obligatoires. Prenez le temps de bien rassembler toutes les informations utiles avant de vous lancer dans cet inventaire.
De cette façon, tous les renseignements pertinents pour l’utilisateur sont renseignés, afin de garantir la qualité des annonces :

  • ID : identifiant de chaque article
  • Titre : nom du produit
  • Description : description du produit
  • Catégorie de produit Google : au choix parmi les catégories définies par la classification Google
  • Type de produit : sous catégorie de produit
  • Lien : URL de la page de vente
  • Lien image : URL de l’image du produit
  • Condition / état : neuf, d’occasion ou reconditionné
  • EAN : numéro de 13 chiffres associé au code-barre imprimé sur l’emballage
  • Disponibilité : Disponibilité de l’article

Il ne vous reste plus qu’à importer le fichier flux dans Merchant Center. 24 heures de délai sont nécessaires pour que le document soit pris en charge. Si des erreurs existent, elles sont signalées par le système. Prenez le temps de les résoudre une par une avant de passer à l’étape suivante.

Préparez vos enchères

Il convient à présent de définir le montant de vos enchères sur les mots clés, afin que vous produits apparaissent effectivement dans Google Shopping. Depuis Merchant Center, cliquez sur Paramètres et ensuite Adwords. Saisissez votre numéro client et liez les deux comptes. Désormais, vous pouvez créez vos campagnes e-commerce depuis l’interface Adwords.

Cliquez sur nouvelle campagne et sélectionnez l’option réseau de recherche uniquement. La création est assez simple : pas besoin de chercher de mots clés, ils sont automatiquement suggérés grâce au flux de produits. Il vous est demandé par contre de diviser votre campagne de façon logique : par catégorie de produits, par marque, par ID, par condition de livraison, par canal… au choix. Jusqu’à 7 subdivisions sont autorisées. Aujourd’hui, la plupart des annonceurs créent 3 divisions : par marque, par type de produit et par ID, ce qui permet de générer votre enchère directement sur le produit en question. À vous alors de gérer les enchères sur chaque produit, en fonction de leur rentabilité, du nombre de ventes espérées, etc. D’une manière générale, on recommande d’augmenter les enchères sur les produits populaires, qui génèrent beaucoup de ventes et qui ont une belle rentabilité. Ce, afin de maximiser l’affichage sur Google Shopping.